L’entonnoir du mal

écrit par Mestr Tom , illustration Philippe Jozelon

 

Le seigneur sombre, le terrible Krystal, se souvenait du premier jour de sa détention dans ce monde démoniaque. Au bout de longs jours d’errance dans un paysage désertique, il avait découvert le puis des âmes. Des petites flammes bleues tombaient du ciel pour terminer dans le puits sans fond. Chaque flamme que Krystal récupérait lui permettait de créer un objet pour améliorer son environnement. Il voulut d’abord un entonnoir assez grand pour l’aider à attraper les flammes qui, il est vrai tombaient assez lentement. Il sut beaucoup plus tard que c’était les âmes des damnées condamnées à tomber pour l’éternité dans le puits sans fonds. A force de patience, il construisit une ville, véritable copie de celle d’Abak la capitale de son ancien royaume Sourtha. Son palais surplombait l’endroit et en face se trouvait le temple noir qui protégeait le puits des âmes. Le seigneur sombre à force de patience avait réussi à libérer de leur errance son ancien peuple. Krystal connaissait à présent le prix en âmes de chacun de ses souhaits : La création de séides, les serviteurs du mal, faites de membres de criminels recousus entre eux coûtait deux pots d’âmes, la libération d’un des siens, six pots,,,, une maison simple, trente. Son premier retour lui avait coûté plus de milles pots, une denrée très rares à l’époque. Pour son deuxième retour, les âmes damnées arrivaient plus vite aussi  fallut-il agrandir l’entonnoir. Bien que les âmes arrivassent plus vite, il avait dû libérer du puits des âmes Ashaina son épouse. Plus de deux milles pots avait été nécessaire et l’équilibre avait exigé un lourd tribut. Son épouse lui serait rendu mais l’enfant qu’elle avait conçu avec le mage blanc revenait au bien. Ashaina n’avait plus jamais été la même. Nul ne sut si c’était la perte de son amant le mage du bien Myrdhanos ou de celle de n’avoir pas pu garder l’enfant qu’ils avaient eu ensemble. Au troisième retour, avec le massacre des dragons, le génocide des vampires puis des elfes, le seigneur sombre ne s’inquiéta plus du nombre de pots. Il termina même la construction de la ville. Il avait alors plus de quarante milles unités en réserves. L’heure de son quatrième retour approchait et Krystal descendit au puits des âmes voir comment les séides changeaient les pots déjà plein. Il regarda le stock près de deux millions de pots était entreposés dans la réserve qu’il fallait toujours agrandir. Le flot de flammes formait à présent une cascade continue. Krystal découvrirait plus tard que sur Orobolan, deux guerres dévastatrices alimentaient en âmes le sombres puits. La première avait en plus provoqué le départ du peuple elfes et affaibli la barrière qui l’enfermait dans sa dimension démoniaque. La guerre suivante avait vu, en une nuit, deux peuples mourir et deux continents devenir stériles à toute vie. Les séides s’étaient relayés jours et nuits pendant des mois pour changer et stocker le fluide noir. Le soir venu, le seigneur sombre repensait à ses échecs passés et s’il lui fallait un général pour commander les troupes, il ferait cette fois appel aux commerçants pour vaincre le peuple le plus faible, les hommes. Il préparerait son avènement avec soin. Il ne savait pas encore que la prise de contrôle de la guilde des marchands sur la république et la vie des hommes allait lui faciliter la tâche. Il choisit Thalok comme général mais prit aussi deux chasseurs, Orthan et Livdan qui seraient chargés de retrouver les médaillons de pouvoir lui ayant fait défaut par le passé et donné un avantage plus que décisif au camp adverse. Thalok devrait prendre le contrôle de l’armée humaine et Kaméo inventerait un sortilège pour hypnotiser les hommes, là encore l’invention humaine de la télévision aidera la mission de Kaméo qui créera les émissions de télé réalité lobotomisante. Le seigneur sombre avait eu une dernière révélation : par trois fois, il avait choisit l’âme la plus noire de chaque génération , un chef barbare avide de pouvoir, un prêtre corrompu devenu assassin pour dévaliser ses anciens condisciples et une succube véritable veuve noire qui prenait la fortune de ses époux après les avoir assassiner lors de la nuit de noces. Cette fois, il serait plus subtil et choisirait l’enfant le plus innocent et y enverrait la petite part d’innocence qui devait lui rester quelques part. Il chercherait dans ses souvenirs de jeunesse alors qu’il était heureux et insouciant.

L’automne, s’il y en avait un dans ce paysage de désespoir, approchait et Krystal su que le moment de son retour approchait. Cette fois, il prendrait le contrôle des hommes et des médaillons. Il trouva une âme innocente, un jeune enfant venait de mourir dans un petit hospice des bas fonds.Le seigneur sombre envoya ses cinq suivants ses élus qui devaient préparer son retour afin qu’il gagne sa « rédemption ». Avant de préparer sa réincarnation, il fit un détour par la tour des bois où se trouvait la chambre de sa femme, il la trouva comme de coutume assise à la fenêtre à regarder les étoiles qu’il avait recréées pour elle. Son regard était perdu dans le vide, nul ne savait si elle pensait à son amant, son fils ou sa servante qui était morte deux milles ans auparavant. Il l’embarrassa tendrement sur le front et sans qu’elle ne sorte de sa léthargie, regagna son bureau sans un bruit. Il arriva dans la pièce et salua les gardes qui resteraient postés devant pendant son départ. Il ferma les portes à clé puis s’allongea sur la couche confortable qu’il avait préparée. Il se détendit et se connecta à son futur corps, l’enfant se trouvait dans la morgue de l’hospice des deux dames entouré des cinq démons élus par le seigneur sombre les herbes et cristaux rituels ainsi que quelques bougies entourait son corps. Dans les tréfonds du temple noir, les réserves de fluide diminuèrent sensiblement. L’ancien patriarche de la maison des savants chercha ses souvenirs de jeunesse quand il vivait encore avec sa mère, parmi les pauvres aux pieds nus, dans une petite ville balnéaire de Sourtha. Les enfants du quartier jouaient innocemment avec lui le fils du patriarche de la maison des savants. Il avait apprécié ses années là plus que celles d’instruction qui suivirent même s’il découvrit de bons amis en la personne de Balimum le fils du patriarche de la maison de flamme ou encore de Nekheb la jeune reine de seize ans. Mais ses véritables amis étaient les pauvres de son ancienne vie. Il en avait fait venir certains à la tour sans fin quand, à vingt trois ans, après la mort de son père, il devint le plus jeune patriarche de l’histoire de Sourtha. Ses amis là ne l’avaient jamais trahi. Krystal s’était retrouvé à la tête de la tour sans fin, d’une centaine de savants et d’un millier de laborantins. Ses souvenirs heureux lui avaient permis de trouver sa part d’innocence et de l’extraire de son âme. Il pensait que l’extraction d’une simple petite partie serait moins douloureuse que l’âme entière mais il se trompait c’était toujours comme si le bourreau vous enlevait la peau à vif tout en brûlant les chairs avec un tisonnier chauffer à blanc. Il finit par s’évanouir mais à la morgue de l’hospice un jeune garçon s’éveilla, revenu à la vie. Ses yeux d’habitude marron étaient devenus bleu pale comme du cristal.

 

Cette entrée a été publiée dans Démon. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *